Impôts et taxes : Les candidats à la présidentielle de 2017 en parlent

Le programme fiscal permet de connaître le positionnement du candidat sur l’échiquier politique et son opportunisme. C’est le terrain d’expression le plus fertile des propositions démagogiques et le symbole d’un projet politique et d’une vision de la société. Que proposent les 11 candidats homologués par le Conseil constitutionnel pour cette année 2017 ? Nathalie Arthaud et Philippe Poutou proposent l’expropriation des grandes familles capitalistes ; Jean-Luc Mélenchon veut mettre en œuvre la révolution fiscale et prône l’alourdissement de l’ISF de 3 milliards d’euros et la remise à plat de l’impôt sur le revenu avec un barème à 14 tranches, dont la dernière à 90% au-delà de 400 000euros ; Benoît Hamon souhaite baisser l’impôt sur le revenu des Français les plus modestes et alléger la taxe foncière des propriétaires qui n’ont pas fini de rembourser leur prêt immobilier ; François Fillon opte pour une diminution de la fiscalité sur le capital, une suppression de l’ISF et une application d’un taux unique sur les revenus de placements financiers à 30% ; Nicolas Dupont-Aignan compte restaurer le pouvoir d’achat des Français par baisse d’impôt sur le revenu de 10% et supprimer la fiscalité sur les successions jusqu’à 500 000 euros par enfant ; Marine Le Pen veut une diminution de 10% de l’impôt sur le revenu concentrée sur les trois premières tranches ; François Asselineau ne propose aucune réforme fiscale ; Jacques Cheminade voit la fusion de l’impôt sur le revenu et de la CSG et veut alléger l’ISF pour les souscriptions au capital de PME qui investissent en France ; Emmanuel Macron prévoit l’exonération d’ISF pour toute l’épargne financière. Voilà le programme fiscal de nos candidats pour 2017. Seul Jean Lassalle n’a pas encore présenté le sien.

Par Mahiddini Michael